Publié par : endirectdelascandinavie | 06/02/2013

la fête nationale du Sápmi

Aujourd’hui,le 6 février,  nous célébrons la fête nationale de la nation des Sames, même s’ils ne possédent officiellement un pays. Je vais donc profiter de cette occasion pour aborder un sujet compliqué : le racisme envers la communauté same.

Le racisme caché, institutionnel des autorités et des puissances des Etats est plus difficile à comprendre et à combattre. Les premières lois aui ont été écrites pour les Sames suédois étaient fondées sur l’opinion selon laquelle les Sames formaient un peuple de race inférieure. ils devaient être protégés contre les effets de la « civilisation ». Les Sames devaient faire l’élevage des rennes et non l’agriculture. Ceci explique pourquoi les Sames, qui ne faisaient pas de l’élevage de rennes, ne virent pas leurs droits protégés par ces lois. La loi suédoise sur le pâturage des rennes a été révisé un certain nombre de fois. Mais il reste que les droits des Sames à leurs terres sont encore rattachés aux droits d’élevage des rennes. Aujourd’hui encore, l’Etat suédois se considère plus qualifié que les Sames pour administrer les terres du Sápmi. En 1992, le parlement de Suède adopta un projet de loi selon lequel les Sames sont privés de leur droit de décider de la chasse et de la pêche sur leurs terres. Au début du siècle, il était dit dans une loi norvégienne qu’il fallait d’abord parler norvégien pour avoir le droit d’acheter des terres sur le Finnmark, dans le nord de la Norvège, ce qui faisait que les Sames étaient forcés de prendre un nom norvégien pour pouvoir hqbiter sur leurs terres.

Dans la plupart des endroits où vivent les Sames, ils sont en minorité. Les sociétés environnantes influencent aujoud’hui les différentes étapes de la vie same. C’est pourquoi la plupart des Sames parlent au moins deux langues, parfois trois. Officiellement, ils doivent pouvoir parler et écrire le norvégien, le finnois, le russe ou le suédois pour arriver à communiquer avec les autorités au Sápmi. Il existe aujourd’hui, en Finlande et en Norvège, des lois spéciales sur la langue, établies pour que les Sames aient le droit d’utiliser leur langue, y compris dans des contextes officiels.

Au cours des 50 dernières années, les Sames ont souvent été exposés à une politique dégradante. Cela eut pour conséquence le déplacement d’un grand nombre de Sames vers les grandes villes et le refoulement de leurs origines. Un bon nombre de parents sames ont également évité d’enseigner la langue same à leurs enfants. Ce qu’il y a de plus réjouissant aujourd’hui pour les Sames est l’attitude de la Norvège envers eux. Il y a quelques années, le gouvernement norvégien a commencé à soutenir et à encourager activement la culture same, à la fois centralement et localement. Le gouvernement suédois suivit cet exemple et développa beaucoup les études sur la culture et la langue sames, notamment à l’université. De nombreux musées dans le nord de la Suède concernent l’histoire des Sames. Je vous mettrai les photos bientôt.

Les questions de langue et de culture ont surtout été traitées avec compréhension et bienveillance. Un des no,breux effets positifs est que les Sames, qui jusqu’à maintenant, ont vécu « caché », ont osé s’avancer et dire avec fierté qu’ils sont Sames.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :