Publié par : endirectdelascandinavie | 01/08/2012

Les infrastructures aux îles Féroé

Autrefois, les marchandises et les voyageurs traversaient les détroits et les fjords dans des barques à rames ouvertes et à pied ou à cheval, par les sentiers de terre qui reliaient les bourgades.

Pendant la première moitié du XXè siècle, l’immense majorité des lignes de transport étaient dirigées par des firmes privées, ce qui signifiait que leur exploitation devait être rentable. Les investissements dans les bateaux de ligne restaient donc faibles, la plupart était des chalutiers déclassés légèrement modifiés, bon marché à l’achat mais assez peu confortables pour les passagers. Après la Seconde Guerre mondiale, la qualité de ces bateaux fut peu à peu légèrement amélioréé et l’on construisit ou améliora de nombreuses jetées pour leur permettre d’aborder dans la plupart des ports. Le réseau routier fut développé simultanément de façon à former, pendant les années 1960,  de grands réseaux cohérents permettant de traverser les isthmes et les détroits soit par des ferries proprement dits, soit par des ponts ou des barrages. Le premier car-ferry arriva aux îles Féroé en 1965. La compagnie des ferries du gouvernement territorial, Strandfaraskip Landsins, avait repris toutes les lignes existantes et en avait amélioré la qualité. Il existe maintenant de brais car-ferries qui desservent toutes les grandes lignes reliant les villes principales.

La première liaison routière entre deux bourgades, achevée en 1916, reliait Sandur et Skopun. Pendant les années 1920 et 1930, plus de 200 kilomètres de routes en quatorze petits segments furent construits dans les plus grandes îles. Ces routes; étroites et sans revêtement de bitu,e; avaient pour point commun de prolonger les lignes maritimes existantes et pouvaient être considérées comme des voies d’accès aux ports. L’élargissement et la modernisation du réseau routier furent réellement mis en oeuvre vers 1935. Au début des années 1990, toutes les bourgades des grandes ôles étaient reliées au réseau routier exceptée Gásadalurm dans l’île de Vágar. Les deux grandes îlesm Streymoy et Eysturoy, sont reliées par un pont, et Borðoy est reliée à Viðoy et à Kunoy par des barrages construits sur d’étroits chenaux. Des tunnels traversent les hautes montagnes ou raccourcissent le chemin entre les agglomérations.

Les premières automobiles arrivèrent dans l’archipel dans les années 1920 et lorsque la guerre éclata, on en démonbrait près de 100, mais ce n’est que lorsque le réseau routier fur construit, à partir de 1955, que le nombre des véhicules automobiles se mit à augmenter fortement. C’est dans les agglomérations, à Tórshavn et à Runavík, ainsi que sur les routes qui les relient, que la circulation est la plus intense.

Les liaisons par hélicoptères des petites îles et des hameaux privés de routes furent établies dans les années 1980. Le transport routier des voyageurs est assuré par des transporteurs privés mais coordonné par un organisme public, Byrdaleiðir, qui a établi, en collaboration avec la compagnie publique des ferries, un réseau de transports publics cohérent et bien développé qui dessert toutes les agglomérations.

Les investissements dans l’infrastructure des communications, surtout dans les routes, les ponts, les tunnels et les aménagements portuaires, ont été énormes et qualifiés par la critique d’inutiles et extravagants. Mais aucune société moderne ne peut fonctionner sans une infrastructure fonctionnelle. Certains projets ont peut-être été prodigues, mais leur principal défaut fut sans doute d’avoir été réalisés tous à la fois. Ces investissements ont donc contribué à la surchauffe de l’économie, qui s’est produite au cours des années 1980.

Jusqu’au début des années 1960, le transport des voyageurs et des marchandises entre les Féroé et l’étranger se faisait par bateau. Aujourd’hui, le transport des voyageurs a surtout lieu par avion et les îles Féroé sont reliées pendant toute l’année avec l’étranger, et avant tout avec Copenhague, par plusieurs vols quotidiens. Les Féroé sont aussi reliées au Danemark, à la Norvège, à l’Ecosse et à l’Islande par des lignes maritimes régulières pendant les mois d’été.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :