Publié par : endirectdelascandinavie | 16/06/2012

La crise de l’Etat providence scandinave

Pas plus en Scandinavie qu’ailleurs, l’Etat providence n’est pas resté incontesté. Au cours de ces dernières années, la crise de l’Etat providence a figuré parmi les premiers sujets à l’ordre du jour politique, en Scandinavie comme ailleurs. Cette crise est due à de nombreux facteurs distinctifs et notamment au fait que les régimes actuel de la protection sociale ont été élaborés et développés pendant les années 1960 et 1970, au moment où le taux de croissance était élevé et le taux de chômage faible. Ni les assurances chômage et maladie, ni les prestations en espèce n’ont été conçues pour être versées à un aussi grand nombre de bénéficiares et pendant des périodes aussi prolongées qu’on l’a vu pendant ces dernières années. Le financement de l’Etat providence est donc devenu un problème et devant l’impossibilité d’alourdir une pression fiscale déjà très élevée, les Etats scandinaves ont accumulé une très forte dette qui peut constituer, à long terme, une menace pour leurs régimes de protection sociale.

La question est donc de savoir si le compromis national sera viable à l’avenir. Les réductions et les changements relativement nombreux réalisés par les Etats providence scandinaves ces dernières années illustrent, en général, l’adaptation régulière de leurs régimes à la situation économique actuelle. Ces changements ne signifient pas que la conception de l’Etat providence des Scandinaves est en train de se modifier et que ces Etats s’apprêtent à passer à un autre modèle de protection sociale. Cependant, de nombreux facteurs indiquent que la protection sociale assurée par l’Etat providence des pays scandinaves devient lentement, mais sûrement, plus fragmentée que par le passé.

Tous les pays scandinaves ont vu se développer, ces dernières années, un régime d’assurance complémentaire qui verse des prestations plus élevées aux travailleurs actifs. Ce régime est une rupture évidence avec l’égalitarisme qui est l’essence du modèle scandinave. Les conventions libres qui régissent les conditions du tavail dans tous les pays scandinaves et qui sont passées entre les employeurs et leur personnel ont, de fait, fixé des prestations plus avantageuses d’assurance maternité, maladie et retraite. Ces prestations sont donc versées à la grande majorité des salariés scandinaves, dont les conditions de travail sont régies par des conventions collectives, mais tous les citoyens n’en bénéficient pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :