Publié par : endirectdelascandinavie | 29/03/2012

la famille au Danemark

Qu’elles soient salariées ou indépendantes, les femmes ont le droit à un congé maternité de quatre semaines avant l’accouchement et de 14 semaines après. Le père a le droit, au cours de cette période, à deux semaines de congé. A ces congés, s’ajoute un congé de dix semaines à partager librement entre le père et la mère. Les prestations versées durant ces congés correpondent aux allocations journalières de chômage, mais de nombreux salariés ont le droit à la totalité de leur salaire, en vertu de la convention qu’ils ont passée avec leur employeur.

Quelque soit leur revenus, toutes les familles ayant à charge des enfants de moins de 18 ans reçoivent des allocations familiales exonérées d’impôts, sous forme d’un montant fixe par enfant, ce montant étant plus élevé pour les enfants de moins de 7 ans. Les familles monoparentales ou les bénéficiaires d’une pension reçoivent, de surcroît, une allocation parentale. Les allocations familiales sont relativement élevées au Danemark. Les familles, ayant des enfants, ont droit à une aide ménagère gratuite à domicile, si la personne qui s’occupe du ménage et des enfants est empêchée de le faire pour cause de maladie ou d’accouchement. Les familles locataires de leur appartement ont de surcroît droit à une assurance logement proportionnelle à leur revenu familial et au montant de leur loyer.

Les services de garde des enfants, subventionnés par l’Etat, comprennent notamment les crèches pour les enfants de 0 à 2 ans, les jardins d’enfants, pour ceux de 3 à 6 ans, les centres de loisirs pour les 6-10 ans et les services de garde des enfants des enfants chez les particuliers, qui sont du ressort des communes. La part des parents couvre au maximum 30% des frais de gestion de ces institutions et pour des raisons financières et sociales,  certains enfants peuvent bénéficier de places entièrement ou partiellement gratuites. Le nombre des enfants qui fréquentent ces institutions, soit plus de 80% des enfants âgés de 3 à 6 ans en 1997, va toujours croissant.

Les communes sont tenues de fournir, selon les besoins, aux familles ayant des enfants en bas âge ou adolescents, des conseils et un soutien pratique, pédagogique et économique. S’il est impossible de laisser un enfant chez ses parents, les services communaux sont habilités – avec ou sans l’accord des parents- à placer cet enfnat dans une famille d’accueil ou dans un centre approprié. Un enfant peut être enlevé d’office à ses parents, quand sa santé physique et mentale court un risque évident s’il continue à vivre ans sa famille. Sur les 11500 enfants vivant en dehors de leur famille à la fin de l’année 1997, 1100 avaient été retirés d’office à leur famille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :