Publié par : endirectdelascandinavie | 09/02/2012

la disparition de la forêt danoise

Les premiers grands déboisements commencèrent sérieusement à l’âge du fer. Il fallait trouver de la terre pour les cultures. Ces déboisements sont à l’origine de la campagne cultivée dite  »ouverte » du Danemark; exploitée avant tout par l’agriculture.

Comme les autres activités exercées à l’encontre des cycles naturels de l’écosystème, l’agriculture exige un apport constant d’énergie. Si la terre arrable n’est pas entretenus, les processus écologiques naturels ramèneront la forêt sur les aires déboisées.

Jusque vers 1800, la source d’énergie principale était le bois, notamment pour le chauffage. C’était aussi la matière première principale utilisée pour la construction des maisons, des outils et des clôtures. Le bétail  paissait aussi dans les forêts. Localement, la forêt disparut parce que le bois servait de combustible aux verreries et aux sauneries. Au XVIè et XVIIè siècles, en particulier, la flotte de guerre danoise et les diverses activités militaires requirent d’innombrables chênes, ayant atteint leur pleine croissance.

Autour de 1600, 20 à 25% du Danemark était recouvert par la forêt, mais pendant les deux siècles qui suivirent, l’abattage des arbres fut si intense que l’année qui précéda le décret de protection  de la forêt en 1805, elle couvrait moins de 4% du Danemark, le taux le plus faible jamais connu. Les nouvelles mesures, qui concernaient notamment le reboisage, résultèrent en une augmentation de la superficie de la forêt, qui recouvrait environ 12% du Danemark vers 1990. Mais cette forêt différait totalement de celle d’autrefois. La plupart des jeunes arbres étaient des résineux à croissance plus rapide que celles du hêtre et du chêne.

Jusqu’en 1700 environ, la forte baisse de la superficie forestière eut plusieurs effets sur les cycles écologiques. le niveau de la nappe phréatique s’éleva dans la majeure partie du pays, de plusieurs mètres à certains endroits. Les lacs, les marécages et les cours d’eau inondaient les terres, formant de nouveaux marais et des étangs. Cette forte teneur en eau réduisit  la durée de la croissance des plantes cultivées et accrut l’acidité du sol. De plus, les sables mouvants avaient pris une telle extension que 5% environ de la surface cultivable du Jutland dut être abandonnée. Ces sables mouvants résultaient aussi de l’exploitation des forêts, qui s’étendaient autrefois jusqu’au littoral. Les sables mouvants bouchèrent de nombreux cours d’eau, contribuant à élever le niveau de la nappe phréatique. Enfin, les récoltes privant de plus en plus les terres arables de leurs matières nutritives végétales, les terres cultivées souffrirent notamment d’une pénurie d’azote.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :