Publié par : endirectdelascandinavie | 12/01/2012

l’histoire du système de santé danois

L’intérêt des pouvoirs publics pour la santé de la population remonte aux idées politiques nouvelles du milieu du XVIIIè siècle, qui considéraient une population nombreuse et en bonne santé  comme une condition de la richesse d’un pays. Quelques hôpitaux de dix à vingt lits furent créés par les départements et les villes commerçantes, pour soigner les pauvres, les domestiques et autres personnes qui ne pouvaient être soignées à domincile. L’Etat engagea des chirurgiens de district en leur donnant pour mission de soigner les malades indigents, de combattre les produits alimentaires nocifs et participer à la lutte contre les maladies contagieuses. Les opérations chirurgicales étaient confiées à des chirurgiens, ayant la formation de barbien, complétée par un certain degré d’enseignement théorique, alors que les médecins généralistes, beaucoup moins nombreux, avaient une formation universitaire théorique, complétée par un enseignement clinique pratiquer qu’à partir de la création de l’hôpital du roi Frédéric en 1757, qui comptait 300 lits. Ces deux formations furent réunies en 1838.

Une clinique d’accouchement comprenant une école de sages-femmes fut créée pendant la seconde moitié du XVIIIè siècle afin de réduire la mortalité infantine. L’Etat accorda des subventions au traitement des maladies contagieuses et des maladies vénériennes.

Le Collège Royal de la Santé fut créé en 1803 et avait pour mission de contrôler les services de santé, qui se développèrent au cours du XIXè siècle. Des sages-femmes durent engagées dans tout le pays et l’on introduisit la vaccination contre la variole. Le nombre de praticiens augmenta et pendant la seconde moitié du XIXè siècle, la plupart des villes commerçantes danoises possèdaient un hôpital. Quelques départements construisirent quatre grands asiles d’aliénés, qui furent pris en charge par l’Etat dans les années 1880.

A partir d e1870, on créa des caisses de maladie, qui permettaient aux gens peu fortunés de s’assurer contre les conséquences financières des maladies en payant une cotisation hebdomadaire. Les caisses de maladie furent entérinées par la loi de 1892 et bénéficièrent alors d’un soutien de l’Etat, considéré comme une incitation à se prendre soi-même en charge. Cette idée était à la base de la politique de secours aux indigents de l’époque. Les médecins soutenaient la création des caisses de maladie, qui leur assuraient des revenus, même loersqu’ils soignaient des indigents. Ces caisses contribuèrent donc à l’augmentation du nombre des praticiens, qui demeurèrent les plus nombreux, au Danemark, jusqu’en 1930. Les conventions passées entre les caisses de maladie locales et les médecins finirent par être étendues à tout le pays. En 1973, les caisses de maladie furent remplacées par l’assurance maladie départementale, financée par la fiscalité.

Au XIXè siècle, la prévention des maladies s’était orientée vers la construction de réseaux d’égouts, la distribution de l’eau et le contrôle des denrées alimentaires, mais pedant les années 1930 et 1940, l’attention se concentra sur les individus au sein de la société. C’est ainsi que furent créés, en 1937, une formule de visites d’assistantes sociales pour les nourrissons, en 1946 les visites médicales des enfants et les services de santé scolaires. en 1943, furent instaurées diverses vaccinations pour les enfants et en 1945 des visites préventives pendant la grossesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :