Publié par : endirectdelascandinavie | 28/11/2011

la géographie du Groenland

Le Groenland est la plus vaste île du monde, après l’Australie, et est située entre l’océan Arctique et l’océan Atlantique Nord, au nord-est du Canada et au nord-ouest de l’Islande. Il n’existe pas de frontière, mais l’île possède en revanche un littoral long de 44087 km. Le climat est arctique à subarctique, avec des étés frais et des hivers froids.

Au Groenland, c’est sur la bande de terre montagneuse périphérique que l’on retrouve exclusivement les habitants, ainsi que la faune et la flore. En hiver, cette bande côtière est cernée par la banquise, à l’exception du sud-ouest de l’île, environ jusqu’à la capitale Nuuk. En effet, une branche du courant du Gulf Stream y empêche la mer de geler. La Côte Est n’en bénéficiant pas, elle possède un climat plus hostile et un dégel de la banquise plus court. Ceci explique que seuls deux villages y existent : Ammassalik et Ittoqqortoormiit. Ce dégel, qui se déroule de la fin mars jusqu’en juillet s’appelle la débâcle. La reformation progressive de la banquise a lieu vers le mois de novembre.

Aucun réseau routier n’existe entre les différentes villages et seuls des ferries, et plus rarement des avions, relient les villages entre eux en été. En hiver, des hélicoptères permettent d’assurer certains ravitaillements des villages pour la plupart isolés par la banquise.

Image satellitaire du Groenland.

Image satellitaire du Groenland

Les sommets les plus hauts du pays sont situés dans le même massif sur la côte est. Le point culminant est le mont Gunnbjørn, haut de 3733 mètres. Le plus connu est le mont Forel, haut de 3360 mètres. Il porte le nom du professeur suisse François-Alphonse Forel, qui, en 1912, organisa une souscription pour financer une expédition suisse au Groenland. On signalera qu’un autre mont proche porte le nom de Paul-Emile Victor, explorateur et ethnologue français. Deux autres Français ont contribué à la connaissance de ce pays : Jean-Baptiste Charcot et Jean Malaurie.

L’île est recouverte à 80% par une calotte glaciaire de 2166086 km², nommé également « inlandsis », d’une épaisseur souvent très importante. L’inlandsis groenlandais est épais de 3 km. Son poids écrase le substrat rocheux du Groenland au dessous du niveau de la mer. Il est possible que le Groenland soit en réalité trois îles distinctes recouvertes d’une calotte polaire, mais la taille et la masse de cette dernière empêchent de le déterminer avec certitude. Cet inlandsis est bordé de reliefs montagneux modérés, entre lesquels s’écoule la glace par des glaciers. DE certains d’entre eux se détachent des icebergs, qui sont entraînés au large par les courants. C’est le cas à Ilulissat, où les plus gros icebergs de l’hémisphère Nord sont produits. En 1912, c’est l’un d’eux que le Titanic heurta.

La calotte s’est formée il y 4.1 milliards d’années. Les précipitations neigeuses qui s’accumulèrent au centre de l’île se transformèrent progressivement en glace et assuèrent théoriquement la pérennité de cette calotte. Les scientifiques s’intéressent de près à l’évolution de l’épaisseur de la glace et aux courants marins froids générés par la fonte et la circulation thermohaline dans le cadre du réchauffement climatique.

Ce désert de glace représente 95% de la surface de l’île et est très inhospitalier. On y trouve des températures extrêmes, en été comme en hiver, des vents violents dits « catabatiques » et un sol fait de glace, impropre au développement d’une vie animale, à l’exception d’un être microscopique nommé le tardigrade, appelé aussi « ourson d’eau ».

Tandis que l’intérieur du Groenland connaît un climat d’inlandsis, les températures moyennes en bord de mer varient de -15°C au nord à 0°C au sud. La côte sud-ouest bénéficie d’étés assez longs et assez doux. Les maximales y avoisinent les 10°C en été, avec un record de chaleur de 28°C. Alors que le nord connaît un climat très sec, le sud bénéficie d’un climat beaucoup plus humide. Les précipitations tombent majoritairement sous forme de neige en hiver sur la côte orientale, alors que sur la côte occidentale, elles tombent majoritairement en été sous forme de pluie.

En ce qui concerne la flore groenlandaise, la toundra, une végétation basse et pauvre composée de mousses et herbes poussant dans les zones polaires, occupe une grande partie du Groenland. La grande végétation ne peut pas y pousser, car le sol est gelé en profondeur. Il ne pousse que quelques arbustes. Les bouleaux rampants sont une adaptation de la végétation aux conditions très rudes du milieu, en particulier des vents desséchants. La taïga est uen forêt de résineux, poussant dans les régions froides. Au-delà de 66° latitude nord, la végétation ne pousse plus, car on se trouve dans les glaciers. Quelques animaux vivent dans de tels milieux, comme l’ours polaire, le phoque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :