Publié par : endirectdelascandinavie | 17/10/2011

Championnat du monde de cyclisme sur route à Copenhague 2011 : les Français ont brillé !

Il y a quelques semaines, se déroulaient les championnats du monde de cyclisme sur route à Copenhague. On peut dire que le hasard fait bien les choses. Et me voilà dans le centre de Copenhague pour le premier contre-la-monte de ce championnat, celui des Femmes junior. C’est la première fois que j’assiste à un contre-la-montre et c’est comme même assez impressionnant. L’idéal est comme même de se trouver au même endroit que l’écran géant pour pouvoir suivre toute la course. Dans la course en ligne des Femmes junior, la championne de France, Manon Souyris, a vu la médaille de bronze lui échapper de peu et s’est classée quatrième de l’épreuve.

Lundi après-midi, les français juniors ont fait chacun une course magnifique, à tel point que les caméras de la télévision danoise les suivaient, sauf pour Yohan Maillot, mais il est parti dans le même groupe que le coureur danois. Dur de faire le poids face à un coureur danois, aussi bon que l’on puisse être. En tout cas, Rudy Molard, le premier français parti, a fini 10è, Johann Lebon 20è et Yohan Maillot 13è. Ils ont fait des belles courses, mais les Australiens et le Danois étaient beaucoup plus forts. Il faut dire que Rasmus Qaate était porté par toute une ville et qu’il est devenu le héro de la journée. Même les policiers, chargés de la sécurité des coureurs, ont fait la fête à son passage.

En tout cas, le lundi a marqué le sacre de l’Australie. Le matin, Jessica Allen est devenue championne du monde du contre-la-montre junior, et l’après-midi avec celui de l’Australien Luke Durbridge, 20 ans, champion du monde Espoir du contre-la-montre, devant le Danois Rasmus Quaade pour 35 secondes, et de son compatriote Michael Hepburn, de 46 secondes, mais qui avait été retardé par une chute à la sortie d’un virage. Mes photos de ce podium sont ci-dessus.

Le mardi, j’ai uniquement assisté au départ du matin, car j’avais cours tout l’après-midi. Quel dommage, mais il faut connaître ses priorités. Je n’ai pas pu assister au contre-la-montre des femmes élites. Et même chose le mercredi pour le contre-la-montre hommes élites. J’ai pu assister aux trois permiers départs et après je suis allée en cours, pour revenir et assister aux sept derniers passages de coureurs avant la ligne d’arrivée et le podium.

Après la déception française qui nous a fait un peu mal au coeur, nous avons pu faire la fête avec trois très belles médailles en deux courses. Oui, nous avons deux champions du monde et un vice-champion du monde français. Je regrette de ne pas avoir pu assister à la course en ligne des hommes juniors, mais je suis aussi à Copenhague pour suivre des cours à l’université, alors j’ai du faire à nouveau un choix. Mais les supporters français étaient là. Le triomphe a démarré avec la magnifique double victorie d’Arnaud Démare, 20 ans, sacré champion du monde de la course en ligne espoir, et de son « poisson-pilote » Adrien Petit qui a terminé deuxième. Ils nous ont signé un doublet historique.  Arnaud Démare est pour l’instant stagiaire à la FDJ, alors que Adrien Petit est déjà pro depuis cette année chez Cofidis. Voilà les photos de Christophe, supporter français, qui en est déjà à son 22ème championnat du monde de cyclisme sur route.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et la fête fut encore plus grande avec la victorie de Pierre-Henry Lecuisinier, 18 ans, qui est devenu champion du monde Juniors le samedi. Et là, j’y ai assisté en direct. Grâce à Christophe, un supporter français qui en était à son vingt-deuxième championnat du monde de cyclisme (les pionniers ne sont pas toujours ceux qu’on croit), j’ai pu avoir une super place à cinquante mètres de l’arrivée. Malheureusement, nous n’avons pas pu voir le podium, à cause d’un problème d’organisation. C’était dommage, mais on était très fier de porter nos drapeaux français et de chanter la marseillaise. Mais un vrai moment historique avec un tel doublé !

Le dimanche était plus populaire que les autres jours. Il s’agissait de la grande course en ligne des hommes élites. Pour représenter la France, nous avions Sylvain Chavanel, Samuel Dumoulin, Romain Feillu, Tony Gallopin, Biel Kadri, Yoann Offredo, Anthony Ravard, Anthony Roux et Thomas Voeckler. J’ai commencé ma journée sur la place de l’hôtel de ville à Copenhague pour la présentation des équipes et la signature du tableau. Première remarque : tous les pays sont arrivés bien disciplinés et groupés, sauf 2, la France et les Pays-Bas, les coureurs sont arrivés les uns après les autres, se mélangeant avec d’autres pays. Pour la photo de l’équipe française au départ, ils se sont que quatre sur huit. Les supporters norvégiens étaient bien présents et très fier de leur champion, Thor Hushovd. En ce qui concernait les supporters français, ils étaient déjà pour la plupart sur la ligne d’arrivée.

Le temps de voir le départ ficitif et me voilà dans le train pour aller à la ligne d’arrivée. Cela valait le coup car les coureurs devaient faire dix-neuf fois le même tour. Sur place, je retrouve à nouveau Christophe, qui m’a encore gardé une super place. Cette fois-ci, nous sommes à environ 100 mètres de l’arrivée et juste à côté de l’écran géant, ce qui m’a permi de suivre toute la course. Et là encore, les coureurs français ont encore brillé, même s’ils n’ont pas eu de résultats. En effet, Anthony Roux a fait parti de la première échappée de la journée, qui a tenu presque toute la course, avant d’être rejoint par un groupe de poursuivants, avec Yoann Offredo. Ces deux français se sont tellement distingués que les deux commentateurs ont fini par les confondre. En effet, au moment où le peloton avait presque rejoint l’échappée, Anthony Roux est parti en solitaire, mais les commentateurs ont cru que Yoann Offredo se faisait absorber par le peloton, alors qu’il tenait encore bon à ce moment.  Malheureusement, Anthony Roux s’est fait rattraper, mais il aurait mérité de gagner, au moins le prix du plus combatitif, mais ce prix n’existe pas pour ce genre de course. Et après, Thomas Voeckler est parti en compagnie d’un australien et d’un danois. Mais ils n’ont pas tenu longtemps. Ce qui fait que l’arrivée s’est faite au springt comme prévu. Et vraiment, ce n’était pas ce qu’on pourrait appeler une belle victoire, car Marc Cavendish a passé toute la course bien caché et  est passé par un « trou de souris » au dernier moment, et sans son équipe, il n’aurait jamais réussi. Et c’est vraiment dommage pour tous ceux qui ont fait le spectacle pendant toute la course, comme nos coureurs français, et plus particulèrement Anthony Roux. Par contre, ce fut une grande fête pour les Danois, en particulier lorsque le coureur danois Lars Bak a fait une sortie. Les supporters danois sont devenus survoltés, y compris le prince héritier danois Frederik, qui était là aussi pour remettre les médailles. Mais il n’a pas tenu très loin, dommage pour les Danois !

Après de tels championnats, on ne peut pas dire que le cyclisme français est en perdition. Nous avons eu de grands moments et nos jeunes ont brillé ! Dommage que la presse française n’est pas fait écho de cet événement, pour une fois que nous pouvions vraiment nous réjouir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :